COVID-19 : Le PFCGL remet 30 tricycles ou 3-roues aux associations des petits commerçants de Goma , Bunagana , Kasindi et Bukavu pour assurer la continuité du commerce avec le système de "Groupage" pendant cette période de la pandémie.

Partager cet article :

Facebook Twitter Linkedin email

Les 29 et 30 juillet 2020, respectivement Ă  Goma et Bukavu, le Projet de Facilitation du Commerce dans la RĂ©gion des Grands Lacs ,PFCGL en sigle, a remis 30 tricycles ou 3-roues aux associations des petits commerçants transfrontaliers de Goma , Bunagana ,Kasindi et Bukavu pour assurer la continuitĂ© du commerce avec le système de "Groupage" pendant cette pĂ©riode de COVID-19 . A Bukavu, la cĂ©rĂ©monie a Ă©tĂ© prĂ©sidĂ©e par le gouverneur de province ThĂ©o Gwabidje Kasi et Ă  Goma, par le ministre provincial en charge du commerce, Jean Ruyange.  Celui- ci a invitĂ© les bĂ©nĂ©ficiaires Ă  pĂ©renniser l’usage de ces engins dans la durĂ©e.

Pour la cheffe de Bureau Est de la Banque mondiale, Mona Neiblir, "cette dotation grâce au financement de la Banque mondiale, est une réponse d’urgence à la crise occasionnée par le Covid- 19. Ces tricycles offerts sont au bénéfice des petits commerçants et des personnes vivants avec handicap mais aussi à la population en général dans les villes proches des frontières car cet appui qui améliore les flux des marchandises peut aussi atténuer les prix sur lés marchés".

Ces engins rĂ©pondent Ă  un besoin capital et urgent des petits commerçants transfrontaliers pour assurer la continuitĂ© du commerce pendant cette pĂ©riode de fermeture des frontières Ă  cause de la maladie Ă  Coronavirus. Ces tricycles ont Ă©tĂ© repartis aux petits commerçants transfrontaliers de Goma (10), de Bukavu (10), de Kasindi (5)  et de Bunagana (5). Le tricycle Ă©lectrique  est un vĂ©hicule Ă  trois roues, motorisĂ© par l'adjonction d'un moteur Ă©lectrique. Il a la capacitĂ© de 1000 Ă  1500 Kg. Le PFCGL s’est Ă©galement assurĂ© de l’achat des casques pour les conducteurs, des plaques d’immatriculation et   assurances. 

Tricycle, une réponse au manque de transport pour le "Groupage"

La distribution de ces tricycles répond à une demande pressante des petits commerçants qui se plaignaient du manque de transport pour assurer la continuité du commerce selon les exigences des migrations des pays frontaliers d’adapter le transport des marchandises aux standards définis par les experts à savoir la réduction du portage et le respect des normes de qualité. Les petits commerçants, en l’occurrence les personnes vivants avec handicap et les autres transporteurs qui assurent la traversée des marchandises par le portage, avec des moyens limités ne peuvent se permettre d’accéder à ces exigences actuelles du Groupage

Pour pallier à ce problème, le PFCGL a inscrit, au moment de l’élaboration de son Plan de travail et Budget annuel(PTBA) 2020, la mise à disposition des tricycles aux associations des petits commerçants transfrontaliers (ACT) afin qu’ils continuent avec leurs activités et réduire le choc lié à la COVID 19 et à la modernisation des frontières.

Pour un meilleur usage des engins, le PFCGL a signĂ© avec la Plate-forme des ACT une convention de mise Ă  disposition. Les ACT bĂ©nĂ©ficiaires et la Plateforme rendront rĂ©gulièrement compte au PFCGL  et au ComitĂ© technique de suivi du projet (CTP) de la gestion des tricycles lors des rĂ©unions rĂ©gulières organisĂ©es par les coordinations provinciales. Les obligations de reporting sont : l’état du matĂ©riel et le fonctionnement.

Le "Groupage" des marchandises 

Le système de groupage, tel qu’abordĂ© par le PFCGL, consiste Ă  encourager les petits commerçants, Ă  effectuer une mise ensemble des marchandises de mĂŞme type (catĂ©gorie) Ă  partir du pays d’origine de la marchandise (Rwanda, Ouganda ou RD Congo) et de les faire traverser la frontière au moyen des transporteurs Ă  l’aide des camionnettes ou tricycles. Ceci en lieu et place des traversĂ©es individuelles (Marche/Porte) de la frontière Ă  la frĂ©quence moyenne  de trois Ă  quatre fois par jour. Cette approche de groupage limite la circulation des personnes au strict minimum c’est-Ă -dire seul le chauffeur de l’association convoie la marchandise et ramène l’argent au fournisseur (petit commerçant). Elle rencontre ainsi les recommandations du gouvernement congolais Ă  travers le comitĂ© local de facilitation du commerce transfrontalier (CLFCT) qui demande aux commerçants de travailler ensemble dans des associations ou coopĂ©ratives.